Journee mondiale-Corruption : Nou Pap Konplis, ROA, KOLON appellent à une plus grande implication des jeunes dans la lutte contre ce phénomène

Written by on December 9, 2019

Publié le 9 Decembre 2019 | Haïti Press Network: Pour la journée mondiale de lutte contre la corruption ce lundi 9 décembre, les organisations “Nou pap domi”(Nous ne dormons pas), le regroupement des organisations engagées(ROA) et KOLON ont organisé dans les jardins de Radio Kiskeya à la rue Villemenay à Port au Prince une conférence autour du thème: “La jeunesse haïtienne, sa responsabilité dans la lutte contre la corruption”. Le juriste  Reginald Calixte, la journaliste Antoinette Duclaire et le sociologue Richardson Etienne ont fait office de conférenciers lors de cette journée de réflexion sur la participation des jeunes dans la lutte  contre ce phénomène.

D’entrée jeu, le juriste Réginald Calixte se dit conscient du long chemin à parcourir pour finir avec la corruption dans le pays. “Il faut alerter l’opinion publique sur la menace que fait peser la corruption sur chacun de nous” a t-il lancé. Selon Reginald Calixte, il est du devoir de chaque jeune de s’impliquer dans la lutte contre la corruption soulignant au passage que la mobilisation depuis deux ans sur le dossier Petrocaribe est un signal fort de la jeunesse dans cette lutte.

“La corruption n’est ni un fléau ni un phénomène; c’est un système” a t-il fait savoir. Ceux-là même qui ont mis en place ce système utilisent ce qu’il appelle le “Genie Corruption”. Devant ce fait, le juriste appelle les jeunes à jouer le rôle de sentinelle. “Ils doivent continuellement donner l’alerte devant chaque geste de corruption” a t-il poursuivi. Reginald Calixte fait remarquer que la “corruption est aujourd’hui dans toutes les habitudes, elle est chez une tante, dans notre famille, elle est tout près de nous” a t-il souligné. Et  le juriste croit normal que cette façon de faire se reproduise dans le service public.

La journaliste Antoinette Duclaire dans son intervention a mis l’accent sur le fait qu’Haïti ait signé un ensemble de documents internationaux, traités et accords avec au passage une loi votée contre la corruption en 2014 sans pour autant arrêter cette vague qui ronge et détruit notre société. Elle avance que toutes les structures de lutte anti-corruption n’ont pas fait reculer les corrupteurs compte tenu de la faiblesse de la justice haïtienne.

“La majorité des citoyens qui participe aux manifestations sont des jeunes, et ces manifs organisées un peu partout dans le pays témoignent d’une réelle prise de conscience des jeunes face à ce fléau” souligne Mme Duclaire.

“La corruption est un phénomène social qui a détruit les institutions, ralenti le développement économique du pays et participé à la “décapitalisation” des entrepreneurs” fait remarquer la journaliste. Dans ce sens, elle appelle à un plus grand engagement et implication des jeunes dans toutes les activités citoyennes notamment pendant la période des élections et à une sensibilisation continue des citoyens sur les conséquences de la corruption.

“Tout se vend en Haïti, les diplômes, les BACC I et II, les actes de décès, les Passeports; il suffit d’avoir de l’argent” s’est indigné le sociologue  Richardson Etienne qui a découpé le phénomène à travers des exemples simples qui teintent le quotidien du citoyen à travers les services publics.

“Rien qu’en analysant le service d’émission de permis de conduire, on peut comprendre le poids de la corruption sur notre société” a t-il lancé. Selon Richardson Etienne 80% de ces permis émis en Haïti ont été achetés à prix fort. Il souligne l’espace d’émission de cet important document encourage la corruption dans ce service, selon lui, les citoyens ne perdront pas leur temps dans une petite chambre coincée pour suivre la procédure normale, donc ils préfèrent payer le prix fort a indiqué le sociologue.

“On comprend pourquoi ces embouteillages monstres dans les rues, des accidents dramatiques et inutiles représentant aujourd’hui la 2e cause de mortalité dans le pays avec un impact visible sur l’économie” a renchéri Richardson Etienne. “Seul un front commun peut combattre réellement ce phénomène” a indiqué le sociologue, membre de la structure du regroupement des organisations engagées(ROA).

Richardson Etienne a annoncé la création d’une cellule de réflexion permanente mise en place par les organisateurs de la journée de réflexion portant le nom d’observatoire de la corruption dont la mission sera de réfléchir sur les faits de corruption, de les documenter et de faire des propositions à la société.

Cette activité socioculturelle marquant la journée mondiale de lutte contre la corruption s’est déroulée en présence d’une cinquantaine de personnes, en majorité des jeunes. Des Responsables d’organisations féminines, de responsables de partis politiques et du militant et artiste engagé “Matyas Dan d’or”.

Cette journée mondiale a été instaurée par le bureau des nations Unies en 2003 suite à une résolution prise par l’Assemblée générale en Octobre de la même année pour lutter contre les trafiquants de drogue dans le monde sachant que ce phénomène participe à alimenter la corruption dans les pays.

Eddy Trofort

journaliste / 41 91 8087 


La Brise FM | 104.9

[Camp-Perrin - HAITI]

Current track

Title

Artist