Haïti-police : pluie de réactions quant aux droits des policiers à monter un syndicat

Written by on February 19, 2020

Publié le 18 FÉVRIER 2020 | Haïti Press Network: Les avis divergent auprès des juristes et des politiques de toutes les couches de la société haïtienne sur la mise en place d’un Syndicat au sein de la Police Nationale d’Haïti (SPNH.

Lundi, les policiers ont bruyamment manifesté dans plusieurs villes du pays et à la capitale pour réclamer le droit de monter un syndicat pouvant défendre leurs droits et leurs revendications.

Pour Me Jean Renel Senatus (ancien sénateur), les revendications des policiers pour se constituer en syndicat sont constitutionnelles. Il fait référence notamment aux dispositions de l’article 35 de la constitution du 29 mars 1987. Selon Me Sénateurs, pour faire face à la revendication des policiers, seul importe un dialogue. « Pression, répression et révocation ne résoudront pas ce problème », a-t-il fait savoir.

Samuel Madistin, avocat, est d’un avis différent. « Ce qui se passe actuellement montre comment le désordre peut s’amplifier au niveau de la Police si d’aventure le syndicat est créé sans loi ni règlements », soutient l’avocat.

Pour Madistin il y a une crise de leadership au niveau du pays. « Ni le Président de la République, Jovenel Moise, ni le DG de la PNH Rameau Normil ne comprennent pas ce qui se passe dans l’institution.

Lundi soir des hommes en cagoule présentés comme des policiers ont incendié des stands construits au champ de Mars pour accueillir le carnaval. En réaction, Dunois Eric Cantave un des leaders de l’opposition, estime que ce mouvement contre la tenue du carnaval dans une telle atmosphère est louable et légitime. Selon le militant politique, les policiers font plus preuve de responsabilités que les dirigeants eux-mêmes. Il y voit « une lueur d’espoir à l’horizon car il dénote encore la capacité d’indignation de la population haïtienne 

Tagged as

La Brise FM | 104.9

[Camp-Perrin - HAITI]

Current track

Title

Artist