L’État réduit de près de « 101 millions » de gourdes le budget de l’UEH, le Conseil de l’université offusqué

Written by on July 10, 2020

Publié le 2020-07-09 | Le Nouvelliste: Le gouvernement haïtien a décidé de réviser à la baisse les crédits budgétaires de l’Université d’État d’Haïti (UEH) qui, déjà, est confronté à d’importants problèmes financiers. Un véritable coup de massue pour les dirigeants de la plus grande institution publique d’enseignement supérieur dans le pays. Près de cent millions de gourdes ont été enlevées à cette institution pour l’exercice fiscal 2019-2020. Une réalité que disent constater les membres  du Conseil de l’Université avec étonnement.


Depuis le 18 juin 2020, le Conseil de l’université, la plus haute instance décisionnelle de l’UEH, a rendu publique une note dans laquelle il manifeste son désaccord au sujet de l’enveloppe budgétaire allouée à l’UEH pour l’exercice fiscal 2019-2020, lequel a réduit de près de « cent un millions de gourdes » les crédits budgétaires attribués à cette institution d’État de formation supérieure.

D’entrée de jeu, le Conseil de l’Université a souligné que les plus hautes autorités du pouvoir exécutif sont, à chaque nouvelle année fiscale, interpellées par les responsables de l’UEH qui, de manière inlassable, prennent le soin de leur soumettre l’argumentaire qui accompagne les besoins en financement, dans le cadre du processus de préparation du budget. Pourtant, rien n’est fait, regrettent les membres du CU ayant paraphé la note. 

Les représentants d’étudiants, de professeurs et de doyens au sein du CU rappellent que dans le cadre d’un protocole signé avec l’UEH, en mai 2018, l’État haïtien s’était engagé à déterminer un pourcentage adéquat du budget national pour le fonctionnement de l’Université d’État d’Haïti. Pour l’exercice fiscal 2018-2019 (non voté par le Parlement), le poids de l’enveloppe en faveur de l’UEH était évalué à 1.15 % du budget national. Pour l’exercice fiscal en cours (2019-2020), l’enveloppe destinée à l’Université d’État d’Haïti a diminué de 7.32% en comparaison de la loi fiscale 2017-2018. Pour le moment, l’UEH dispose de « 100 808 835.00 gourdes » en moins par rapport aux deux exercices précédents. Cela dit, le pourcentage alloué à l’UEH est passé à 0,64 % dans le budget national, selon les responsables.

« Cette situation est inacceptable », estiment les membres du Conseil de l’Université, reprochant au gouvernement de ne pas tenir ses différents engagements formels concernant le financement de l’UEH, selon les termes du protocole. Dans le cadre dudit protocole, l’État haïtien avait notamment promis de « mettre à la disposition de l’UEH des ressources appropriées pour son fonctionnement et son développement. Or, l’institution, informent les membres du CU, a cumulé au cours de l’exercice fiscal 2017-2018, rien que pour son niveau de fonctionnement actuel, des dettes élevées  à plus de « cent quinze millions (115 000 000) de gourdes », et les arriérés de salaire sur l’exercice fiscal 2018-2019, à environ « vingt-six millions (26 000 000) de gourdes ».

Selon le Conseil de l’Université, non seulement les moyens financiers nécessaires à la satisfaction de l’UEH manquent, mais également cette « institution peine à obtenir la contrepartie exigée de la part du Trésor public pour compléter les financements reçus de l’extérieur dans le cadre de la reconstruction de certains locaux détruits par le séisme du 12 janvier 2010 ».

En février dernier, les membres du rectorat avaient exposé, lors d’une rencontre, un ensemble de besoins de l’UEH lors d’une discussion engagée avec l’actuel Premier ministre Joseph Jouthe (titulaire d’alors du ministère de l’Économie et des Finances. D’après les membres du Conseil, l’actuel Premier ministre s’était « fermement engagé » à prendre en compte la plupart de ces besoins urgents, notamment à partir du budget 2019-2020. 

« Le Conseil de l’Université est donc au comble de l’étonnement de constater qu’au lieu de prendre  en compte ces besoins, le pouvoir exécutif a diminué les crédits, déjà insuffisants, pour un fonctionnement minimal de l’institution, à un point tel que chaque année des dettes sont enregistrées aussi bien envers le personnel enseignant qu’envers des entreprises qui fournissent à l’UEH des indispensables à son fonctionnement »,  déplorent-ils, estimant que cette situation exprime « une mauvaise appréciation par les autorités du gouvernement » du rôle de l’UEH dans le développement du pays. Ils se disent disposés à les rencontrer, autant de fois qu’il sera nécessaire, afin de changer la perception.

Tagged as

La Brise FM | 104.9

[Camp-Perrin - HAITI]

Current track

Title

Artist