Opération à Village-de-Dieu Carl Henry Boucher, auditionné une deuxième fois, reste en isolement

Written by on March 22, 2021

Publié le 2021-03-19 | Le Nouvelliste: Officiellement, l’Inspection générale de la police nationale n’a encore rien reproché à Carl Henry Boucher, directeur des renseignements généraux de la police, a fait savoir au Nouvelliste Me David Lafortune, l’un des avocats de l’inspecteur général. Cependant, le haut gradé de la PNH est toujours gardé en isolement depuis le mardi 15 mars malgré son audition une deuxième fois ce vendredi 19 mars.

Une semaine après l’échec de l’opération policière à Village-de-Dieu qui a coûté la vie à au moins quatre policiers et fait huit blessés dans les rangs de la police, les autorités ne sont pas toujours en mesure de fournir des explications sur ce qui s’est passé ni de fixer les responsabilités. Pour l’heure, seul le directeur des renseignements généraux de la police, Carl Henry Boucher, a été mis en isolement, depuis mardi dernier ; l’inspecteur général attend encore les charges retenues contre lui.

« Cette mesure d’isolement n’a aucun fondement. Jusqu’au moment où je vous parle, personne n’est encore en mesure de dire ce qu’on reproche à Carl Henry Boucher. C’est inédit ! », s’insurge Me David Lafortune dans une interview accordée vendredi au Nouvelliste.

Selon David Lafortune, l’arrêté sur le statut d’un officier de police est clair : « Une mesure d’isolement doit se baser sur la présomption d’une faute grave commise par le fonctionnaire. Mais si vous ne pouvez même pas dire ce que vous reprochez au policier dans le cadre de l’opération, le garder en isolement est illégal et arbitraire », a dénoncé Me Lafortune, qui défend Carl Henry Boucher dans le cadre de cette affaire.

« On nous dit qu’il est en isolement pour enquête. Vous ne pouvez pas mettre quelqu’un en isolement en attendant d’enquêter pour voir s’il a commis une faute alors que la mesure d’isolement ne survient que si la personne a commis une faute grave » , a critiqué l’homme de loi.

Officieusement, l’inspecteur général Boucher est accusé d’avoir provoqué l’échec de l’opération de Village-de-Dieu.

Dans une intervention dans la presse mercredi dernier à la suite d’un mouvement de protestation du groupe ‘’ Fantom 509’’ qui a exigé la libération de Carl Henry Boucher, le directeur général de la police, Léon Charles, avait déclaré : « Les policiers doivent laisser l’IGPNH faire son travail. Il ne faut pas empirer la situation en exigeant la libération (de l’inspecteur général). Ce qui s’est passé dans les rues aujourd’hui prouve que les masques tombent. Fantom 509 ne s’associe pas à l’ordre ni à la discipline. Ce qui s’est passé dans les rues aujourd’hui est en adéquation avec les intérêts personnels qui ont provoqué l’échec de l’opération de vendredi dernier. Fantom 509 profite de cette situation pour troubler l’ordre public. Ils sont dans les rues pour empêcher l’IGPNH de faire la lumière sur ce qui s’est passé. Comme commandant en chef, j’ai le droit et le devoir de chercher à savoir comment un plan si bien préparé a abouti à un si mauvais résultat… » 

« Je veux savoir les motifs de mon interpellation. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Quel a été mon rôle dans l’opération ? Étais-je le chef de l’opération ? Avais-je des responsabilités dans le cadre de l’opération ? Je veux savoir le motif de mon isolement », avait exigé Carl Henry Boucher dans une interview accordée au Nouvelliste mardi alors qu’il était en isolement à l’Inspection générale.

Carl Henry Boucher affirmait n’avoir jamais intimé d’ordres aux policiers qui participaient à l’opération à Village-de-Dieu. Il rejette les accusations selon lesquelles il avait délibérément demandé aux blindés d’entrer dans le fief du gang armé qui contrôle la zone alors que les images des drones indiquaient que les bandits avaient creusé des tranchées pour piéger les blindés. 

Selon le directeur des renseignements généraux de la police, les opérations à Village-de-Dieu ont été coordonnées directement par le directeur départemental de l’Ouest, le commissaire de la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID) et le responsable de la Direction centrale de la police administrative (DCPA).

Des changements ont été opérés à plusieurs niveaux de cette chaîne de commandement au sein de la PNH. Paul Ménard, le directeur départemental de l’Ouest, a été remplacé.

Tagged as

La Brise FM | 104.9

[Camp-Perrin - HAITI]

Current track

Title

Artist