Accès à l’eau, l’un des principaux obstacles des populations des Nippes après le séisme

Written by on August 24, 2021

Publié le 2021-08-23 | lenouvelliste.com Après le tremblement de terre  du 14 août 2021, dans le département des Nippes,  les réseaux desservant sept des onze communes en « eau potable » sont fortement endommagés. Des sources ont tari, pas une goutte d’eau à la disposition des habitants. D’autres sont ensablées ou polluées apportant dans les maisons et dans les points d’eau un liquide impropre à la consommation. Dans certaines villes et agglomérations, les gens sont obligés de boire l’eau des rivières sans aucune sorte de traitement ou de purification.  

L’on est le dimanche 23 août 2021 à L’Azile, sans le moindre doute, la plus affectée des communes du département des Nippes par le séisme. Sur la principale place publique de cette ville, plus d’une dizaine de tentes sont installées. Les restaurateurs sont à pied d’œuvre et n’attendent que les acheteurs. En bouteille ou en sachet, l’eau se vend comme l’éclair. La carence en eau dans la zone est due aux dommages enregistrés dans les réseaux de distribution d’eau et au tarissement de certaines sources.

C’est le cas de la localité de Body où la source Mety, le principal point d’eau de la zone, a tari. Située à des dizaines de kilomètres du centre-ville de L’Azile, la population de cette zone a du mal  à s’approvisionner. Les gens marchent plusieurs heures pour trouver le précieux liquide. Un calvaire pour la population de cette commune limitrophe de la commune de Plaisance du Sud. Si l’eau est distribuée dans le centre-ville par les autorités, certaines organisations et des particuliers, Body n’en bénéficie pas.

Cléomène Nicolas, une habitante de cette localité, se plaint de cette situation. « Nous étions déjà dépourvus de tout avant le séisme, mais à présent la zone devient invivable à cause de la pénurie d’eau », se plaint la mère de famille, qui ne pense même pas à demander aux autorités d’assumer leurs responsabilités. Selon elle, cette population est complètement oubliée. Solliciter l’aide de l’État, selon madame Nicolas, est une perte de temps. Par la foi, elle espère que l’eau va finir par retrouver sa route. C’est déjà le cas dans certaines zones qui ont dû faire la même expérience. Après la dépression tropicale Grace, l’eau coule à nouveau dans des sources qui avaient pourtant tari.

On comprend dès lors que la pénurie d’eau ne sévit pas qu’à Body. Il ne s’agit nullement d’une fatalité. Plusieurs autres localités de six communes du département sont en train de vivre cette horrible expérience. Plaisance du Sud, certaines localités des Baradères, de Petit-Trou de Nippes, d’Anse-à-Veau, Fond-des-Nègres et de Paillant entre autres.

La source Geffrard, à Plaisance, connait le même sort que celle de Mety à L’Azile. Selon Dieuné Norzé, un responsable régional de la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA) dans les Nippes, à Plaisance du Sud, la cage de chlorification de la source Madan Frekan est endommagée et à Paillant, le réservoir métallique est fissuré. Le responsable a promis, avec l’aide des partenaires techniques de l’institution, d’entreprendre des actions afin de garantir la disponibilité de l’eau à la population du département en général et en particulier les déplacés et les plus vulnérables.

Monsieur Norzé parle de la distribution de bouteilles d’eau dans les zones où la population n’a pas accès à l’eau. Un camion-citerne est préposé à distribuer de l’eau dans les villes affectées et deux unités de traitement d’eau sont en train, soutient le responsable, d’être installées au niveau de la rivière d’Anse-à-Veau afin de desservir la population de cette commune. Aussi fait-il savoir que des discussions sont en cours afin d’établir une troisième unité de traitement dans la commune de L’Azile et des dispositions, rassure-t-il, sont prises par la direction centrale de la DINEPA pour mettre à la disposition de ce département deux autres camions-citernes afin de toucher plus de gens.

Une partie importante des cinquante-six réseaux du département des Nippes a été endommagée par le séisme du 14 août 2021. Des conduites d’eau ont explosé, causant ainsi une pénurie d’eau dans une grande partie de cette région. Des solutions à très court terme sont envisagées. Plus d’une semaine après la catastrophe, certaines localités, très vulnérables, sont encore privées d’eau. Quand on sait que la DINEPA ne bénéficie pas d’une enveloppe importante dans le budget national et que  les projets y relatifs sont plutôt financés par des partenaires internationaux, d’aucuns craignent que cette situation ne perdure. Les responsables de la DINEPA devraient redoubler d’efforts afin de rétablir les réseaux endommagés et rendre l’eau disponible dans les zones les plus difficiles d’accès


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist