Réparation rapide et occupation des maisons endommagées, une pratique à haut risque

Written by on August 20, 2021

Publié le 2021-08-19 | lenouvelliste.com Avant l’évaluation des ingénieurs, certains propriétaires de maisons colmatent les fissures causées par le tremblement de terre du 14 août 2021. Plusieurs cas ont été enregistrés notamment dans la ville des Cayes. Le directeur de la Protection civile, le Dr Jerry Chandler, met la population en garde contre cette pratique. De son côté, l’agent intérimaire des Cayes a confié au Nouvelliste avoir déjà interdit de fonctionnement un hôtel et une entreprise qui ont colmaté des fissures sans évaluation.

Il s’agit d’une réparation rapide et superficielle des fissures suivie d’une couche de peinture pour une réoccupation des maisons endommagées par le tremblement de terre, une pratique qui tend à s’étendre à plusieurs endroits frappés par le séisme du 14 août dernier. « Nous avons déjà interdit le fonctionnement d’un hôtel situé sur la route de Gelée et une boutique sur la grand-rue. Il y a encore des répliques et nous leur avons demandé d’attendre encore au moins un mois », a indiqué au journal l’agent intérimaire des Cayes.

Marie Sylvie Rameau a fait savoir au Nouvelliste que 20 ingénieurs américains et haïtiens évaluent toutes les maisons de la ville en les marquant en rouge, jaune ou vert selon leur situation après le séisme.

Informé de cette pratique à haut risque, le directeur de la Protection civile met la population en garde contre la réparation rapide des maisons endommagées par le tremblement de terre du 14 août dernier.  « Je demande aux gens de ne pas entrer dans cette dynamique  qui peut mettre leur vie en danger. Le ministère des Travaux publics et l’UCLBP travaillent sur l’évaluation des maisons. Nous allons accélérer le processus de réponse afin de donner à la population des bâches pour se protéger de la pluie », a promis le Dr Jerry Chandler.

Les autorités ont fait savoir qu’au moins une réplique supérieure à 4.5 a été enregistrée ces dernières quarante-huit heures dans le grand Sud.

La Direction de la Protection civile souligne que 30 122 maisons détruites et 42 737 endommagées ont été enregistrées dans le département du Sud. 14 348 maisons détruites et 14 898 endommagées dans le département des Nippes. 8 483 maisons détruites et 19 371 maisons endommagées dans le département de la Grand’Anse. « Au total 127 écoles, 60 lieux de culte détruits et endommagés et 25 structures sanitaires détruites », précise la DPC.

Dans un communiqué rendu public le mercredi 18 août, la Direction de la protection civile (DPC) a indiqué que « les tentes, les bâches ou autres dispositifs d’abri provisoire ne pourront être installés que dans les cours des maisons affectées, en priorité dans les zones rurales, et, exceptionnellement, dans les quartiers domiciliaires des familles affectées, lorsque l’espace manque, dans les centres urbains par exemple ».

Les autorités de la Protection civile préviennent que « le Système national de gestion des risques et des désastres écarte formellement l’aménagement de grands camps d’hébergement au niveau des centres urbains. Cette stratégie s’est révélée difficilement gérable, surtout dans le contexte haïtien, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ».


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist