Ariel Henry perd sa première bataille à la tête du gouvernement

Written by on July 29, 2021

Publié le 2021-07-28 | lenouvelliste.com Une semaine après son installation, le Premier ministre a présidé le mercredi 28 juillet son premier Conseil des ministres. Ariel Henry, qui a tenté de prendre ses distances par rapport à  l’administration de Jovenel Moïse, a buté contre l’opposition de Rénald Lubérice, secrétaire général du Conseil des ministres et de plusieurs ministres quand il a voulu rapporter le décret portant création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI) pris par le chef de l’État, assassiné le 7 juillet dernier.

Le premier Conseil des ministres d’Ariel Henry a failli finir en fiasco, rapportent au Nouvelliste deux ministres ayant pris part audit Conseil. « Nous avons passé plus de 30 minutes à discuter rien que sur l’adoption ou non du point 7 dans l’ordre du jour du Conseil des ministres. Plusieurs ministres se sont opposés à ce point qui voulait rapporter le décret portant création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI). Le point 7 a finalement été enlevé de l’ordre du jour. Autrement, le Conseil des ministres n’aurait pas eu lieu», ont rapporté au Nouvelliste nos contacts au sein du gouvernement.

Dans le projet d’ordre du jour du premier Conseil des ministres d’Ariel Henry, il y avait neuf points dont les propos de bienvenue du Premier ministre, le moment de recueillement à la mémoire de Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse et le point 7 qui parle de la validation du décret rapportant celui du 25 novembre 2020 portant organisation et Fonctionnement de l’Agence National d’Intelligence (ANI).

Quelques heures avant la tenue de ce Conseil des ministres, le secrétaire général du Conseil des ministres a écrit au Premier ministre pour lui exprimer son désaccord par rapport au point 7 de l’ordre du jour.

« Monsieur le Premier ministre, le point 7 du projet d’ordre du jour du Conseil des ministres programmé ce mercredi 28 juillet 2021 à 10h00 est une violation flagrante de l’article 159 de la Constitution.

Le Premier ministre a le pouvoir réglementaire mais ne peut jamais suspendre, ni interpréter les lois, actes et décrets, ni se dispenser de les exécuter.
En conséquence, et pour le respect de la mémoire du Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse lâchement assassiné en sa résidence privée le 7 juillet 2021 et dont les autorités peinent encore à arrêter les auteurs intellectuels, je me vois dans l’obligation de m’absenter à la réunion de ce matin », a écrit Rénald Lubérice dans cette correspondance à Ariel Henry.

Le Premier ministre n’a eu d’autre choix que d’enlever le désormais fameux point 7 de l’ordre du jour, ont confié au journal les deux ministres.

«Les ministres qui se sont opposés au point 7 ont fait savoir que le Premier ministre n’a pas le droit de suspendre ni d’interpréter la loi, évoquant l’article 159 de la Constitution. Ils ont affirmé que rapporter le décret créant l’ANI déshonorera la mémoire du président Jovenel Moïse qui a voulu doter le pays d’un service d’intelligence», ont confié nos sources au Conseil des ministres.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist