Written by on June 13, 2022

Publié le 2022-06-10 | lenouvelliste.com Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en sa résidence le 7 juillet 2021, des organisations politiques et de la société civile multiplient les accords politiques en vue de trouver une solution à la crise. En dépit de ces accords, le pays s’enlise chaque jour un peu plus dans l’inconnu. Si tous les yeux sont rivés sur le Premier ministre pour trouver un dénouement à la crise, Ariel Henry, qui a l’initiative des négociations politiques, ne s’empresse pas. Il joue maintenant dans la cour des grands avec sa participation au 9e Sommet des Amériques présidé par le président Joe Biden.

Au pouvoir depuis le 20 juillet 2021, le Premier ministre n’arrive toujours pas à dégager un consensus politique lui permettant de trouver un minimum de stabilité nécessaire à l’organisation des élections. Des acteurs politiques estiment que seul Ariel Henry a l’initiative des négociations politiques actuellement. « C’est lui qui est au pouvoir, c’est lui qui contrôle la justice, la police, les finances du pays. Il jouit du soutien du Core Group… Il est donc un interlocuteur privilégié », a fait savoir Leslie Voltaire, membre du directoire de l’organisation politique Fanmi Lavalas et membre du Bureau de suivi de l’accord de Montana (BSA).

Leslie Voltaire a rappelé que le BSA attend encore la réponse d’Ariel Henry sur un ensemble de modalités pour la poursuite des négociations politiques. Il a fait remarquer au journal que les membres de l’accord de Montana a déjà envoyé au chef du gouvernement en place les modalités de négociations et les membres de la délégation qui prendront part aux pourparlers. « Nous attendons qu’il présente son équipe et ses modalités », a-t-il fait savoir.

Pour Leslie Voltaire, l’invitation et la participation d’Ariel Henry au 9e Sommet des Amériques ne renforce en rien son pouvoir. « Son pouvoir sera renforcé quand nous pourrons passer en toute sécurité à Martissant, à Croix-des-Bouquets. Mais tant que le pays vit dans l’insécurité, le kidnapping, la cherté de la vie, la chute libre de la gourde par rapport au dollar, je ne vois pas comment son pouvoir pourrait être renforcé… », a-t-il affirmé.

L’ancien sénateur Sorel Jacinthe, porte-parole de l’organisation politique INITE, signataire de l’accord du 11 septembre et membre du gouvernement, estime lui aussi que seul  Ariel Henry a l’initiative des négociations politiques actuellement. « Le maître à bord sur le plan visuel, c’est Ariel Henry, le Premier ministre, mais le vrai chef c’est l’inconnu (la communauté internationale et toutes les autres personnes qui tirent les ficelles) », a-t-il indiqué au journal.

« Si l’on veut aller aux élections et résoudre la crise une fois pour toutes, il faut une entente nationale », a avancé Sorel Jacinthe. « Mais le déterminant c’est Ariel Henry et les autres. C’est Ariel Henry qui a l’initiative des négociations politiques », a-t-il soutenu.

L’ancien parlementaire de la Grand-Anse a dit espérer qu’au retour d’Ariel Henry du Sommet des Amérique aux Etats-Unis « il relancera les négociations… »

Interrogé par Le Nouvelliste pour savoir pourquoi les forces vives du pays ne peuvent avoir l’initiative des négociations politiques en dehors d’Ariel Henry, le colonel Himmler Rébu, coordonnateur du Parti GREH, adhérant à l’accord de Montana, estime : « Cela aurait été une erreur tactique si on partait de l’hypothèse qu’elles puissent se mettre ensemble. C’est que tous les groupes ont perdu de leur pouvoir moral. Le plus gros effort à avoir été fait est le consensus Montana-Pen modifié. »

Selon lui, c’est de cette base « qu’on devrait partir, nonobstant une autre compréhension de la question de la part du docteur Ariel Henry. Ce dernier ne se rend pas compte que plus le temps passe, plus il se transforme en un obstacle sur le chemin d’une solution pacifique, dans un premier temps, à la crise. Ces forces que vous évoquez sont dans le doute, donc inopérantes… à moins d’un booster direct de la communauté internationale », a avancé Himmler Rébu.

Pour le moment, Ariel Henry a déjà fait sans succès plusieurs tentatives pour former un Conseil électoral provisoire, une Assemblée constituante et pour nommer des juges à la Cour de cassation après 11 mois à la tête du pays.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist